Mode éthique et responsable

[Echange #4] Mathilde, cofondatrice de Olly

23 janvier 2018
main picture

Olly a été créée par trois étudiantes en école de commerce, qui se sont rendues compte qu'il n'existait quasiment pas de lingerie éco-responsable. Elles ont décidé de créer leur marque, qui propose aujourd'hui des modèles de culottes en coton bio. Pour en savoir plus, j'ai interrogé Mathilde, avec qui on a parlé création d'entreprise, conception et futur !

Ethizedo : Quelle est l'histoire de votre marque ?

Mathilde : On a développé le projet pendant une année à Berlin, lors d'un cours sur l'entreprenariat. On s'est rendu compte qu'il était difficile de trouver de culottes éco-responsables qui avaient un minimum de style. Très souvent ça fait grand-mère ! Donc on a décidé d'aller plus loin et de monter notre entreprise. Au début, on a récolté des fonds grâce à Ulule. En une semaine, on avait atteint 100% de l'objectif et au final, on a eu 227%. Cela montrait bien l'intérêt des gens pour le projet ! On a ensuite reçu nos premiers stocks en avril 2017.
On ne fait pas partie d'incubateur de start-up et on n'a pas reçu d'aide particulière de l'école à part un relais massif de notre campagne de financement. On a été soutenues par notre entourage pour le graphisme, les photos, la mannequin, mais tout le reste vient de notre formation. On travaille aujourd'hui chacune de chez nous, on n'a encore embauché personne.

E. : Comment créez-vous les culottes ?

M : Au début, on a demandé de l'aide à une styliste freelance qui nous a conçu les premiers modèles. On a choisi ceux qu'on préférait pour la collection. On avait des contraintes car une idée assez précise : du coton et un peu de dentelle pour que ce soit plus joli. Maintenant, elle est partie vivre au Canada, donc on conçoit tout nous même ! Clémentine V a acheté une bible du modélisme et elle réalise une fiche technique avec les tissus et le design pour notre atelier, qui fait les patrons. Ensuite, il y a des aller-retours jusqu'à ce que le résultat nous plaise.

E. : Comment avez-vous choisi votre fournisseur ?

M : On a beaucoup cherché avant de trouver un fabricant de lingerie bio en Hongrie, capable de produire en petite quantité. Il s'occupe notamment de trouver les tissus et du patronage, on lui fournit juste la dentelle. On entretient d'excellentes relations.

E. : Quel est le futur pour Olly ?

M : D'ici peu, on va lancer des nouveaux modèles de culottes, et des modèles de soutien-gorge triangle en coton bio sans armature sont en cours de prototypage. Pour celà, on va certainement relancer un crowdfunding. Ensuite, on se lancera sûrement dans l'homme, l'enfant et du homewear parce qu'on sait qu'il y a une demande.
On aimerait également travailler avec d'autres matières. Au salon interfilière, un salon de lingerie, on a trouvé de la dentelle recyclée chez un fournisseur. Ca nous tente bien !

E. : Comment avez-vous choisi vos prix ?

M : On a regardé nos coûts, puis on a comparé avec ce qui existe sur le marché. Il n'y a pas notre équivalent, mais on peut voir à peu près combien sont prêtes à mettre les femmes dans de la lingerie.
On ne fait pas en France car elle est plus réputée pour la corsetterie. En plus les coûts de production sont trop élevés et on ne voulait pas faire un produit de luxe, ni renoncer aux détails féminins qui font le coeur du projet. Les prix augmentant en fonction du nombre de découpe et de mesure, on va les faire évoluer pour qu'ils dépendent de la culotte.

E. : Comment vous êtes-vous réparti les rôles ?

M : Au début, quand on était en école, c'était celle qui avait le temps qui travaillait sur le projet. Après, ça a été en fonction de nos aspirations, de nos compétences et de nos caractères. Clémentine V s'occupe du site internet, du développement et de la stratégie. Clémentine G est plutôt orientée communication, gestion des commandes et du SAV. Et enfin, je m'occupe des relations presse, des partenariats et des distributeurs.

Merci encore Mathilde pour cet échange très sympa ! N'hésitez pas à aller voir leur site internet olly-lingerie et les suivre sur les réseaux sociaux. Vous pouvez essayer leurs produits à la boutique Retour des Sens (Paris 11ème). J’espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à dire ce que vous en pensez dans les commentaires !

Commentaires

Laisser un commentaire